more from
Let artists be

Olivier Bélisle

by Olivier Bélisle

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Téléchargement immédiat de l'album entier (10 chansons) dans le format audio de votre choix.
    Purchasable with gift card

      $10 CAD  or more

     

1.
Cuivre 03:11
Tout c'qu’y voulait c'était d'pouvoir suivre avec son bécik à pédales en cuivre les corbeaux sur le toit des églises le regarderaient suer l'temps qui dégrise En professionnel jusqu'au prochain stop y'a pris le chemin du fossé d'son époque y'aurait brûlé toutes les lumières avec un char pis une coup’e de prières Y'était à peu près 200 km d'un snack, d'une bière, man y’est resté l'air bête les dents serrées et acérées y'a pété une coche quand sa chaîne a débarqué... Faute de frappe faut rien que tu t'rattrapes S’est mis à fredonner pour s'donner du courage son shift commençait rien que d'une coup’e de pages sa soirée d'hier comme un fond d'bière inoubliable, inouïe, pitoyable... pis en plus y fausse, y chante pas su'l pitch y'a l'foie pis l'cul qui grichent y pense à son boss qui va l'mettre à porte y pense à ses gosses qui suent dans ses p'tites shorts Faute de frappe faut rien que tu t'rattrapes faute de frappe faut rien que tu t'matraques Quand tu décides de troquer ton mal contre un vieux crisse de bécik à pédales sois sûr que c'pas ton char qui est en jeu gros imbécile heureux...
2.
Iberville 04:14
J'ai enterré mon amour en bas d'la côte avec une pelle c'était l'automne, y'avait personne autour et c'était mieux comme ça bien mieux comme ça J'tais endetté... elle m'avait traîné en cour moi et ma gueule de bois moi et mes mauvais choix Reste que mon âme était lourde mais ben moins pesante qu'une pelletée d'terre sur son oreille sourde J'ai tout gâché mon amour on riait à s'en tenir les côtes eh qu'la vie était belle J'en ai bavé... ça d'vait être mon tour moi et ma gueule de bois moi et mes mauvais choix c'était un mal pour un bien j'savais rien que m’servir de mes mains pour tout casser, caresser, ramasser ou laisser tomber Reste que mon âme était lourde mais ben moins pesante qu'une pelletée d'terre sur son oreille sourde
3.
Déli(re) 03:55
Tous les matins du monde ma paresse comme une grosse bombe le soleil se lève, le soleil se couche tout le monde se parle mais personne écoute cassé dans un casse-croûte Là, les mains pleines de pouces à entendre ma barbe qui pousse le smog est triste, la ville s'en fout les enfants ont les deux yeux dans l'même trou y'a pus rien qui tient d'bout Mais quand t'arrives avec ton sourire j'me rappelle même pus c'que j't'en train d'dire tellement tu brilles pis ça m'fait pogner un fou rire pis ça laisse rien qu'un peu plus de place... au délire Quessé qu'on fa ici d'dans, quessé qu'on fait à chialer autant quessé ça dérange si j'flaube mon argent quand j'sais qu'c’est la fin du monde dans un an J'ai pus besoin d'me battre j'manifeste en cadillac quand ben même qu'la vie me donne des claques j'finis toujours dans un hamac comme un bébé dans son parc Les deux doigts stockés dans’ prise j'agonise pas j'ironise chus gras dur et frileux en même temps et je fige oui je fige... Mais quand t'arrives avec ton sourire j'me rappelle même pus c'que j't'en train d'dire tellement tu brilles pis ça m'fait pogner un fou rire pis ça laisse rien qu'un peu plus de place... au délire Quessé qu'on fa ici d'dans, quessé qu'on fait à chialer autant quessé ça dérange si j'flaube mon argent quand j'sais qu'c’est la fin du monde dans un an
4.
Ça va 04:28
Les pieds au chaud dans mes hauts et bas j'cours après mes rêves depuis des années l'âme et le coeur écrasés sous le poids d'un bateau qui prend l'eau à son quai Le chemin est parsemé de bûches et c'est pourquoi je suis dans le champ j'en suis arrivé à quitter cette ruche mais tout me rattrape à temps Ça va... ça va pas… ça va passer Quelques étoiles brillent encore au-dessus d'ma tête j'ai les larmes faciles au milieu d'la fête la grisaille dans mes yeux d'arc-en-ciel c't'un détail quand y fixent le ciel Un miracle sur deux pattes qui s'débat dans un sac qui fait un aller simple dans l'désert qui cherche gagne et perd qui peut placer sa peine dans un tiroir de haine qui peut sourire aussi quand c'est de lui qu'on rit Ça va... ça va pas… ça va passer
5.
J'Paris 02:41
J'ai loadé mes cartes de crédit pis chu r'venu les mains vides et le coeur plein d'amour j'avais pas d'carrière à défendre rien qu'une coup’e de marches à descendre COME ON DOWN!!! Paris Paris J'Paris que j'resterai pas longtemps Paris Paris J'Paris que j'vas dormir sur ton divan J't'allé prendre un verre avec mes démons pour faire passer ma dernière canne de thon - extrait de la chanson « avec le temps » de Léo Ferré - J'avais pas d'bonnes nouvelles à répandre c’est ça qui arrive quand t'es K.O. au premier round!!! Paris Paris J'Paris que j'resterai pas longtemps Paris Paris J'Paris Que j'vas dormir sur ton divan
6.
Au rythme qu'y buvait c'était vraiment malsain faut dire qu'son soleil avait été mis au chemin en vidant les tables d'leur alcool y s'est affalé sur le sol en murmurant des mélodies qui louangeaient son Élodie Tel un squelette dans un décor de viande y jouait mal son rôle incapable d'étouffer son down y s'est relevé pour le last call tout l'monde y disait qu'il était pâle c'est en se retournant pour commander qu'il l'a vue embrasser... un d'ses chummys Élo dis-moé qu'c’est pas vrai m'as m'en remettre mais quand même on dirait une mauvaise blague y’est rendu tard et demain j'me lève tôt tu peux ben fermer l'bar pis moé m'a aller m'enfiler mon premier verre d'eau Y’est r'tourné chez eux jalouser en silence comme le font les commandos d'l'amour en cadence... La pluie battait sur son coeur y s'dit: « C’est sûr m'en vas vivre ailleurs » en tournant la clé dans la serrure quelqu'un lui tapa sur l'épaule « mais qu'est ce que tu fous ici? » Élo lui dit qu'elle l'aimait encore qu'il avait mal vu au bar qu'c'était sa chum qui embrassait son homme tu devrais arrêter d'boire ça fait rien qu'compliquer notre histoire fin de l'histoire
7.
Saucisse 02:41
La nuit s'allonge su'l top d'une caravane pendant que l'aube prépare son show d'boucane y'a des trous sans fond qui remontent en bécane les boulevards gris remplis d'gros chars en panne des milliards de cellules, des tonnes d'atomes des mangeurs de pilules dans des cafés fantômes en pilote automatique j'me lève de mon litte sain et sauf... j'm'en vas beurrer des toasts Y'en a qui apprennent à jouer au bridge moé j'ouvre pis j'ferme des portes de fridge le staff d'la mélancolie s'esclaffe en fronçant les sourcils plus le soleil brille et plus je m'éparpille Au salaire d'la misère rose ça l'air que j'aurai pas d'pause j'm'en vas butcher mon close En gros j'me sens p'tit dans c'te building bâti en bedaines avec du monde qui m'disent qui ont toute compris le soir une clé dans le nez penché sur un comptoir en ébène Y fait moins 6 décembre dans mon compte en banque pis mon aile droite est tombée... Au salaire d'la misère rose ça l'air que j'aurai pas d'pause j'm'en vas butcher mon close m'en vas butcher mon close
8.
En silence dans mon manteau j'attendais la nuit pour dormir debout dans le noir avec mes lunettes fumées c'est sûr que j'me cognais partout et comme t'as pu voir... Tu m'as fait du bien pis en plus tu restais dans mon coin Imagine tous les souvenirs de nos voyages dans l'espace qu'on pourra s'raconter mais qu'on ait perdu nos tignasses j'irai encore te porter des fleurs dans ton gazébo et tu m'diras gentiment que j't'un peu gros et en effet... ta gentillesse aura jamais été un boulet La lune dans les yeux des passants fantômes laissera la place au soleil qui sortira comme une crêpe du micro-ondes on se prendra par la main, les rayons dans l'dos et on suivra nos ombres jusqu'au bord de l'eau
9.
Batmill 02:16
Intrumentale
10.
15 ans 04:01
Endormi à quinze ans, y'a quinze ans loin de me douter de tout tout était le moindre de mes soucis Étourdi et pourtant j'en avais à compter et à me faire raconter Les nuages de sucre blanc coulant sur les rails les orages à travers les stores les bancs de parc de ma jeunesse de vieillard J'escaladais les rues sous un ciel d'automne mes pieds lents et discrets m'chuchotaient: « Start to run » C'est ici que j'me suis laissé embarquer dans la marche des gens pressés Le dep’ d'la huit, les rides de skate la nuite le train qui s'remettait d'une cuite les lits défaits, les céréales chimiques le barrage, le weed, la clique La télé grosse comme le poêle qui diffusait la guerre et la paix La guerre et la paix en une journée La guerre et la paix pour l'éternité

about

o.belisle@gmail.com

Paroles et musique: Olivier Bélisle

credits

released April 13, 2012

Olivier Bélisle: Guitare accoustique, mandoline, banjo-guitare, voix
Mathieu Vigneault: Guitare électrique
Martin Castonguay: Lapsteel
Hugo Chaput: Basse
Benjamin Vigneault: Batterie
Julia Blais: Piano
Cédric Houdayer: Harmonica
Geneviève Néron, Julie Ross et Guillaume Duscheneau: Back vocals sur J'Paris
Maxime Labrecque: Back vocals sur Hiverbill
Christian Lagueux: Percussions sur Saucisse, Cuivre et Déli(re)

Réalisé par: Olivier Bélisle, Benjamin Proulx-Mathers et Mathieu Vigneault
Prise de son: Benjamin Proulx-Mathers, Mathieu Vigneault
Mixé par: Benjamin Proulx-Mathers
Enregistré au studio La fournaise et chez Mathieu Vigneault
Masterisé par: Stacy Legalle

Graphisme: Martin Castonguay
Photographies: Martin Castonguay et Denise Carrier
Dessins: Olivier Bélisle

license

all rights reserved

tags

about

Olivier Bélisle Montréal, Québec

contact / help

Contact Olivier Bélisle

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Olivier Bélisle, you may also like: